• Luca Brambilla

Les cinq traits du bon communicant

Temps de lecture:2 minutes

Le bon communicant doit avoir beaucoup de compétences, nombreux talents et, heureusement, une connaissance approfondie de ce qu’il va raconter. En particulier, il faut qu’il a cinq traits qui soutiennent les autres éléments.


Voilà les traits :

1) Il est cohérent dans la façon dont il communique et il aligne le langage verbale, para-verbale et non verbale dans la même direction. Des contradictions internes, par exemple en cas quelqu’un dit quelque chose volontairement et consciemment fausse, mènent la cervelle à remarquer cette déformation et à créer une incohérence entre, par exemple, le langage verbal et le langage non verbal. Par conséquent le vendeur dit en mots « ceci c’est le meilleur produit sur le marché » mais sa tête bouge de droite à gauche en le niant.


2) Il fait attention autour de lui pour comprendre toutes les réactions. Un bon communicant est surtout un bon observateur et il doit utiliser une grande partie de sa concentration pour le publique qu’il entretient plutôt que sur lui-même. Il peut ainsi remarquer les réactions du publique et donc adapter le langage verbale et para-verbal d’une manière adaptée au contexte.


3) Il écoute son interlocuteur et soi-même avec la plus grande attention. Surtout en parlant face-à-face, il est important de comprendre la personne avec laquelle on parle et de se comporter comme l’interlocuteur pour établir facilement une relation.



4) Il prend la responsabilité de sa communication. C’est le trait le plus facile à comprendre mais aussi le plus difficile à faire. En bref, il faut prendre conscience que en cas notre interlocuteur ne comprend pas ce que nous avons dit ou en cas il ne comprend pas la valeur du service que nous fournissons, c’est de notre faute. Nous devons trouver un autre moyen d’attirer l’attention et la confiance de notre interlocuteur et lui montrer le bon sens de nos arguments.


5) Il change la façon dont il communique en cas la réaction n’est pas conforme à son intention. Même si le communicant est doué, il doit être prêt à admettre qu’il peut se tromper et donc à se remettre en question. Il peut changer beaucoup de ce qu’il a dit précédemment, mais il ne doit pas le considérer un désavantage, au contraire ! C'est vrai ce qu'ils disent : « Le doute n'est pas une condition agréable, mais la certitude est absurde. » En n’acceptant pas de changer d’avis on a des réactions négatives.


Je vous assure que vous pouvez améliorer votre communication en formant ces traits-là : vous serez heureux de vous-même et vous aurez nouvelles possibilités qui vous conduiront au succès.

P.s. Écrivez dans les commentaires les traits que vous considérez essentiels pour en parler.


Milan, 26 Novembre 2017

#Communiquer

Logo_ridisegnato.png

Copia Originale 

Foro Buonaparte,22